Récapitulatif de l’affaire au sujet de la maladie de Lyme

Published / by thibert / Leave a Comment

La justice dispose d’un système qui permet aux deux parties de se défendre, avec la précieuse aide d’un avocat. Aujourd’hui, elle oppose un nombre assez important de personnes (130, pour être exact),  ayant contracté la borréliose de Lyme (l’autre nom de la maladie),  face à un lobby pharmaceutique. C’est le tribunal de grande instance (que l’on abrège généralement en « TGI » qui se chargera de cette affaire.

Les 130 patients réclament ainsi des dommages et intérêts : le montant de la somme est porté à 500  000 euros, pour chaque personne physique. (Précision : une personne morale, est une entreprise, une association ou toute autre structure, et c’est une personne physique qui représente celle-ci.) Ces dommages et intérêts sont demandés à 5 laboratoires distincts.

La défense est constituée par deux avocats d’Epinal.  200 autres personnes ont déposé plainte contre le même lobby. Les plaignants se trouvent dans des villes différentes : certains sont domiciliés à Paris, d’autres à Nanterre, et d’autres encore à Bobigny.

Le nom de leurs avocats : Julien Fouray et Catherine Faivre. Les plaignants reprochent au lobby d’avoir réalisé des tests de dépistage de la maladie concernée, dépourvus de toute fiabilité, et de ne pas avoir renseigné la population à ce sujet.  Maître Faivre indique ainsi que les tests réalisés remettent le diagnostic à plus tard, ce qui, logiquement, provoque une propagation aggravée de la borréliose.

Or, lorsque celle-ci n’est pas stoppée, elle crée des dégâts plus graves encore que ceux d’origine. De plus, cette aggravation est à caractère irréversible et est très fortement susceptible de rendre une personne paralysée à vie. Maître Faivre et Maître Fouray estiment que le nombre de plaintes permet d’accroître le poids de leur action à grande échelle.

Attention cependant, il ne faut pas confondre ces plaintes individuelles regroupées avec le système américain, qui dispose de class action, qui reposent très partiellement sur le même principe. Ainsi, les lois françaises et américaines étant radicalement différentes, les plaintes réalisées en France contre le lobby pharmaceutique ne doivent pas être confondues avec le système de class action en Amérique.

Maître Faivre explique également que cette action regroupée permet de placer les lobbys face à leurs responsabilités. Il faut reconnaître qu’ils ne les ont pas respectées. En effet, ils sont censés garantir la sécurité de leur clientèle. Pour Maître Faivre, il s’agit là d’un scandale sanitaire.

Dans la plupart des métiers, il faut noter qu’il existe parfois une obligation de moyens, et il s’agit d’un minimum, d’une règle à respecter. L’obligation de résultat est probablement et logiquement réservée aux métiers les plus cruciaux, notamment au niveau sanitaire (chirurgien..).

Ensuite, les deux avocats expliquent que les tests de dépistage sont primordiaux, dès qu’il existe un risque de contamination.

Il est possible également que le ministère de la Santé, ainsi que la ministre, puissent être poursuivis, si les plaintes ne semblent pas aboutir à une action concrète.

Enfin, voici une information essentielle à connaître : le test concerné qui a suscité ses plaintes, a été surnommé Elisa.

Top 10 des bonnes raisons de partir vivre dans les Vosges, le meilleur coin de France

Published / by thibert / Leave a Comment

Vous vous demandiez où partir lors de votre retraite ? Certains vont dans le Sud pour bronzer, d’autres dans l’Ouest pour la pluie et personne ne va dans le Nord. On vous propose maintenant d’opter pour les Vosges, dans l’Est de la France. Vous allez vite regretter de ne pas avoir déménagé là-bas plus tôt.

 

La suite ici : http://www.topito.com/top-raison-vivre-vosges-france